< Retour aux articles

Article posté le .

L’occupation temporaire à l’Autre Soie est lancée

Samedi 20 octobre a marqué le début de l’Occupation temporaire du site de l’Autre Soie.

En présence du maire de Villeurbanne, Jean-Paul Bret, du représentant du GIE Est Habitat, Cédric Van Styvendael, de la directrice du CCO, Fernanda Leite, mais aussi David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon et du délégué du Préfet, Patrick Ardisson, l’occupation temporaire de l’Autre Soie a commencé ce samedi. 650 m² sont mis à disposition des 115 occupants (pour 22 structures) ainsi que 500 m² d’espaces mutualisés.
Pour revoir les discours des personnes présentes, cliquez ici.

Quelles sont ces 22 structures ?

Le bâtiment de l’ex-IUFM a en effet été investi par 22 structures (que vous retrouvez ici) qui occuperont les lieux durant les deux prochaines années. Ces structures sont réparties en quatre pôles :
– Arts et culture,
– Laboratoire de la ville,
– Ateliers,
– Inclusion.

Pourquoi une occupation temporaire ?

Dans des contextes immobiliers parfois saturés, de nouvelles dynamiques proposent d’occuper légalement et temporairement des sites en veille, en attendant les travaux de réhabilitation. L’exploitation de la période « creuse » de lieux inoccupés peut générer des ressources pour le territoire :
– développement d’activités solidaires, économiques et créatives en proposant des espaces de travail à un coût abordable,
– accompagnement de dynamiques collectives,
– expérimentation d’usages et préfiguration du projet définitif,
– réduction des coûts de la vacance (entretien, sécurité) et valorisation du patrimoine oublié.

L’un des objectifs de cette occupation provisoire est d’aider à l’inclusion des plus défavorisés par l’accès au travail et la participation à des activités culturelles et des temps d’échanges. Le souhait est également de les faire participer à la vie sociale pour établir des rencontres avec les habitants du quartier et changer le regard porté sur la grande précarité.
Animée par le CCO et Alynea, elle fera éclore une « pépinière augmentée » : espaces partagés à inventer et gouvernance collaborative à construire avec les occupants. Le CCO La Rayonne permettra de poursuivre de manière régulière les résidences artistiques, les événements culturels, associatifs et citoyens afin de tisser des liens forts avec le réseau associatif local et les habitants.

Cette occupation temporaire engendre des effets vertueux pour :

  • le quartier, en revitalisant un lieu laissé en friche depuis 2013, en le remettant en partie à disposition du public.
  • le projet l’Autre Soie, puisqu’elle permet de limiter les risques de squat et la dégradation complémentaire du bâtiment. Mais elle permet surtout d’expérimenter une nouvelle manière de penser l’aménagement des villes en remettant l’humain au cœur du processus de construction.
  • le GIE Est Habitat, en développant la démarche Rue habitat qui vise à mettre à disposition des locaux en attente de projet pour loger des personnes sans domicile, grâce au centre d’hébergement d’urgence (CHU) Alfred de Musset qui a remplacé, dans le courant de l’été 2018, le Centre d’accueil et d’orientation des migrants de Calais installés en 2016.
  • le CCO, qui préfigure le projet de « La Rayonne » avec l’ouverture d’une antenne marquant la présence du CCO à la Soie. C’est un nouveau lieu à faire vivre, en parallèle du bâtiment de la rue Courteline.

Pour en savoir plus sur l’occupation temporaire, consulter le dossier de presse ici.

Article en lien :

Deux journées avec les gestionnaires d’immeuble

Voilà des personnes dont on entend peu la voix et qui pourtant ont un rôle essentiel dans la vie collective des quartiers… les gestionnaires d’immeuble ! Experts de terrain, grands connaisseurs des besoins et envies des résidents, ils ont eu un rôle central dans les ateliers de concertation qui ont eu lieu les 10 octobre et 27 novembre 2018 autour de l’aménagement des espaces extérieurs partagés. Lors de la première demie-journée de travail, nous avons visité plusieurs résidences en petits groupes. Gardiens et gestionnaires ont  été les guides des autres participants (parties prenantes) pour faire découvrir leur résidence : visite de site, explication des aménagements et animations mis en place, utilisation des espaces partagés par les résidents, problèmes quotidiens rencontrés…Cela a permis d’établir un état des lieux des bonnes pratiques en matière de gestion d’espaces partagés. Lors de la deuxième séance, des « experts » sur différents enjeux liés aux usages de la ville se sont mêlés au groupe: genres dans l’espace public, les jeux et les enfants en ville, prise en compte des troubles moteurs et psychiques… Par groupe de travail, l’objectif était de réfléchir aux aménagements des espaces extérieurs en fonction des divers usages qui en seront fait. Chacun a mis la main à la pâte pour concevoir des espaces Tout cela a été croqué par les architectes du collectif Pourquoi Pas !?, qui sont devenus dessinateurs publics le temps des ateliers et que nous remercions ! Les résultats de ces ateliers participatifs ont permis de nourrir le CPAUPE (cahier des prescriptions architectures, urbaines, paysagères et environnementales) produit par l’agence Dumetier Design, en charge du projet global du Carré de Soie.

Votre avis nous intéresse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.